On dit du cheval qu'il est hypsodonte, c'est-à-dire que ses dents poussent tout au long de sa vie & s'usent par contact antagoniste, c'est-à-dire avec la dent d'en face. Cependant, la mâchoire supérieure étant plus large que la mâchoire inférieure, on observe l'apparition de pointes saillantes sur les parties qui ne s'usent pas : ce sont des surdents, que l'on peut comparer à des lames de couteau & qui viennent blesser les muqueuses. La douleur provoquée par ces surdents peut tout à fait être moindre & parfaitement gérée par un cheval peu sensible ; elles peuvent néanmoins engendrer toutes sortes de troubles.

 

Attention cependant, certains de ces troubles n'ont pas comme seule origine les surdents : il existe d'autres pathologies bucco-dentaires. En voici quelques exemples :

 

  • Les dents de loup ou dents de cochon, qui sont de petites dents présentes devant les prémolaires en contact avec le mors. Celui-ci vient donc taper sur les dents de loup/cochon, qui sont plus petites que les prémolaires. Même si elles ne sont pas présentes automatiquement chez tous les chevaux, on les retire généralement avant le débourrage.

 

  • Les dominances, qui sont des pointes qui se forment sur la surface de contact de la dent. Il y a donc une ou plusieurs dents qui sont plus hautes que les autres, pouvant gêner à la monte & à la mastication. Elles sont réduites lors de l'intervention du dentiste.

 

  • L'oligodontie, qui est l'absence de dent (dent arrachée ou tombée), entraînant une dominance sur la dent antagoniste.

 

Pour découvrir plus de pathologies, rendez-vous sur la page Facebook, rubrique "pathologies".

 

 

 

Melissa Vincent-Genod

797 Route de Gévrieux

01320 Chatillon La Palud

 

06 17 03 52 43

 

melissa.vincent-genod@orange.fr

 

N° SIRET : 802 611 277 000 12